Nathalie ROUX

La photographie abordée sous l'angle humoristique, avec cependant pour but de nous questionner sur les mythes de nos sociétés modernes.

 
 

Le parcours de cette artiste est assez atypique puisqu'il débute dans une école de commerce. Pendant dix ans, Nathalie ROUX va travailler dans le domaine de la finance et de l'immobilier. Pourtant, la photographie la hantait depuis toujours puisqu'à 20 ans notre artiste en herbe s'était offert son premier appareil réflex argentique. Pendant des années, Nathalie ROUX va s'essayer à cet art, lisant beaucoup, expérimentant les possibilités de la photographie argentique. Toute cette période a été une longue maturation jusqu'à ce qu'un simple jouet tombe par hasard entre ses mains…

Lorsqu'un ami lui tend une figurine de Buzz l'Eclair, Nathalie ROUX ne sait pas encore qu'elle tient un vrai sujet, que s'ouvrent à elle de formidables possibilités d'expression. Elle se demande tout d'abord ce qu'une jeune trentenaire peut bien faire d'un jouet, elle qui a passé l'âge de jouer. Oui, mais y a-t-il un âge pour (se) raconter des histoires ? Comme dans l'enfance, Nathalie ROUX va alors imaginer des mises en scène avec ses jouets. Mais les histoires des adultes ne sont pas celle de la petite fille qu'elle était, et à trente ans, Barbie est une célibattante qui boit et détourne ses ustensiles de cuisine pour s'en faire un jacuzzi. Qui croira que Buzz l'Eclair peut sauver la planète, lui impuissant à éteindre un feu de barbecue.

Les photographies de Nathalie ROUX mettent donc en scène nos désenchantements d'adultes, nos rêves brisés sur l'écueil de la réalité. Elles parlent de la nostalgie qui baigne notre époque, où l'adulte régressif est devenu la figure de référence de la société. Même les héros d'autrefois n'ont pas réussi à s'imposer dans la société actuelle. La poupée mannequin est rongée par la boulimie et l'alcoolisme tandis que la force masculine se heurte avec embarras à la violence du monde moderne, soldat incapable de sauver ses semblables.