VALLIO
Au delà du portrait, peindre l'Humanité.

Formé à l'école Boulle, à Paris, VALLIO poursuit sa formation aux Beaux-arts de Bordeaux, dont il sort diplômé. Après quelques années passées dans la publicité en tant qu'illustrateur, il choisi l'enseignement à Bordeaux dans une école de communication visuelle.

On peut voir, dans les toiles de VALLIO, un hommage aux grands portraitistes de l'histoire de l'art. Dans une première série de tableaux, la citation était d'ailleurs littérale puisque les portraits étaient soulignés par une ligne de texte qui courait le long du visage. Aujourd'hui, tout en s'inscrivant dans une tradition artistique, VALLIO joue allègrement avec les codes. A la manière des portraits flamands, le fond uni fait ressortir l'expression des visages. C'est en fait ce que cherche l'artiste : des visages qui accrochent le regard et interpellent le spectateur.

Au fil des toiles, VALLIO développe un discours esthétique, mettant en scène des canons de beauté. Mais s'il sait sublimer un visage, il aime également s'en moquer et le maltraiter. Cicatrices et meurtrissures sont autant de coups portés à des représentations de la beauté parfaite.

En cela, les tableaux de VALLIO sont des allégories, des icônes véhiculant un message moral. Images de la soumission, de la force, de l'orgueil. Images également de l'Afrique, de l'Asie, des steppes et des déserts. L'œuvre de cet artiste nous interroge sur les représentations de la beauté féminine à notre époque, traduisant la diversité et le métissage. VALLIO veut qu'au-delà de la beauté d'un regard, l'Humanité nous apparaisse dans toute sa variété, dans la disparité des sentiments, dans les diverses manifestations de la beauté.