HERVE RINGER
street art richard vildeman
Héritier de l'Art Brut, Hervé RINGER a développé son propre langage, loin des conventions plastiques et esthétiques.

Autodidacte, cet artiste à la production quasi stakhanoviste pose d'année en année les jalons d'une œuvre riche, à base de compositions énergiques, sur toile ou sur papier. Y défile un bestiaire singulier, à mi chemin entre les peintures du groupe COBRA et Jean-Michel BASQUIAT.

Depuis son entrée dans l'univers artistique, ses œuvres originales ont trouvé le chemin des murs de collectionneurs avisés. Ainsi, il a été remarqué par Inès de la FRESSANGE dont il est le peintre favori. Il a également su séduire des dizaines d'amateurs conquis par un simple coup de cœur par la spontanéité des ambiances ludiques de son univers.

Une spontanéité qui, si elle est toujours bien présente dans la peinture d'Hervé RINGER, cède désormais du terrain à des effets de matière travaillés en profondeur, sur des toiles aux formats plus imposants que par le passé. Une évolution rendue possible grâce à son installation récente dans un « véritable atelier » aux portes de Paris, en lieu et place de son antre minuscule de la Goutte d'Or.

Hervé RINGER est sans complaisance avec la toile, acceptant lorsqu'ils arrivent les accidents, les salissures, les mouvements de la matière. C'est ainsi qu'il atteint une émotion brute et qu'il parvient à la retranscrire dans toute sa violence. L'artiste sait aussi jouer avec les sentiments forts qui émergent à la surface de la toile. Ainsi, il tourne sa peinture en dérision par l'ajout de figures classiques ou d'évocations de personnages de cartoons.