Emilie PANNIER
Jeune peintre toulousaine, Emilie PANNIER est une artiste de l'urbain. C'est la ville qui l'inspire et qu'elle peint.

 

Emilie PANNIER puise dans la ville des codes graphiques, des esthétiques. Dans une série sur les réseaux électriques, elle met en lumière la construction de la ville, sa trame, organisée autour de lignes qui se suivent, se croisent, à l'opposé de la Nature et de ses formes rondes. Dans d'autres toiles, on peut établir un parallèle entre la technique de l'artiste (collages, graffiti ) et l'aspect des murs de nos villes. L'artiste aime également interroger l'histoire des villes et leurs mythes. On trouve par exemple une succession de toiles représentant la statue de la liberté ou encore le célèbre Flat Iron . Le spectateur est alors pris entre l'image qu'il a sous les yeux et celle, mythique, qu'il s'est forgée.

A coté de ce travail autour de la ville, Emilie PANNIER amorce également une réflexion sur la Femme dans la société. En effet, on retrouve souvent dans ses toiles le thème de la Pin'up , créature féminine à l'excès. L'artiste la tourne régulièrement en dérision lorsqu'elle la perche sur un câble électrique ou qu'elle la fait parler. Mais les représentations féminines des toiles d'Emilie PANNIER sont avant tout des prisonnières. Elles sont entravées par des lignes électriques, coincées dans des cases de Bande Dessinée ou encore enfermées dans un sérail.

Emilie PANNIER est donc une artiste qui, à travers la ville, donne une interprétation de la société. Dans le même temps, elle y puise ses références esthétiques et artistiques.