Claudia T.
 
CLAUDIA T. est une toute jeune artiste, originaire de Johannesburg en Afrique du Sud. Elle s'initie tout d'abord à la musique et étudie la musique dès le lycée. L'art contemporain offre de nombreux exemples d'artistes qui établissent des liens entre la musique et la peinture, et CLAUDIA T. s'inscrit dans cette démarche en entrant dans une école d'Art.

La musique est une écriture structurée par la portée. Elle est une transcription, une écriture. CLAUDIA T. suit le même schéma sur la toile, organisant sa peinture autour du trait noir. C'est lui qui constitue l'ossature de l'œuvre, le support de la couleur. Il évoque également le gribouillage, l'écriture automatique et inconsciente. Parfois, il forme des mots, des lettres, qui se perdent dans la composition et dans la couleur.

La couleur est évidemment un élément important de la peinture de CLAUDIA T., même si elle ne doit jamais faire oublier complètement le rapport trait noir/toile blanche. L'opposition tranchée entre le noir et le banc pose, selon elle, la question du plein et du vide, et la couleur y apporte une réponse. Les touches colorées ne sont pas à proprement parler du remplissage, même si Claudia identifie parfois sa démarche au coloriage d'enfants. Il s'agit plutôt de mettre en mouvement et de révéler la construction de la toile.

Parfois, elle cite ses maîtres à peindre, comme lorsqu'elle fait un clin d'œil à Pollock à travers le dripping . Les couleurs qu'elle choisit, et les rapports entre les couleurs sont souvent inspirés des mangas. En effet, elle trouve particulièrement intéressants les choix faits par les dessinateurs japonais pour mettre en couleur leurs dessins. Les oppositions franches sont une évocation symbolique des dualités qui ont cours dans l'œuvre de CLAUDIA T.