CACOU
Cette artiste aime l'idée qu'un tableau puisse être “lu”, que l'on passe du temps à chercher, à fouiller, à trouver… qu'il y ait mille et une choses. Le mot est prétexte à un jeu de détournement, jeu des sens et des contre-sens.

Les références de CACOU sont à chercher du côté des années 50, de cette époque où la publicité crée ses propres codes, où les Trente Glorieuses inventent leur propre esthétique, une beauté qui s'exprime dans la rondeur. Silhouettes généreuses, typographie toute en courbes, les réclames de ces années-là sont, pour CACOU, une source esthétique dans laquelle elle vient puiser.

La technique de CACOU est variée, acrylique, huile, collage. Des petits bouts de papiers, de la terre, des cailloux, des perles, quelques mots détournés, beaucoup d'humour et de la couleur à volonté. Parfois, des toiles anciennes, abîmées et retravaillées ainsi que des morceaux de bois vieillis, lui servent à constituer la base de nouvelles créations, ce qui donne de jolies matières et des effets originaux.

Son univers c'est celui de la Femme d'aujourd'hui. Les personnages qu'elle peint sont en connexion avec le monde tel qu'il évolue, à la fois concernés par ses bouleversements et enveloppés de frivolité. Les époques s'entrechoquent également, les publicités des vieux magazines des sixties s'affrontent avec des fragments d'articles de la presse à scandale. L'artiste établit ainsi des passerelles et parle de l'évolution de la société.